Consultez la liste de nos membres ouverts ou fermés

Pratique ancestrale, danse, rassemblement, affirmation culturelle… c’est tout ça, un pow-wow! C’est surtout un moment unique, où nous sommes tous conviés à un grand partage. Voici quelques éléments, dont la danse et le regalia, pour comprendre ce que veut dire, aujourd’hui, un pow-wow.

Pour les Autochtones, le pow-wow est un moyen d’affirmer leur culture, et ce, depuis des générations. Il incarne la solidarité entre les Nations. Si les pow-wow sont des événements ouverts à toutes les communautés autochtones, ils le sont aussi aux allochtones. Ce rendez-vous annuel demeure très important aujourd’hui, car il encourage le rapprochement entre les peuples; il s’agit d’une occasion unique de vivre et de partager culture et traditions lors des week-ends de l’été, de mai à septembre, dans une trentaine de communauté du Québec autochtone.

 

Le regalia: porteur d’identité

Le regalia est conçu entièrement des mains de celui qui le revêt. Pour le danseur ou la danseuse qui porte cet habit traditionnel, et qui l’a préalablement vu en rêve, le regalia représente son identité ainsi que son lien avec la danse et la communauté. Il symbolise l’appartenance aux Premières Nations et renseigne sur les origines, les croyances et la spiritualité de chacun.

Dans le regalia, les plumes ne sont pas à prendre à la légère! Le danseur ou la danseuse doit mériter les plumes dont son regalia est couvert: soit que les plumes lui ont été offertes, soit que les plumes ont été trouvées. Si une plume tombe du regalia, il ne faut pas la ramasser. Dans un rituel sacré, ce sont les aînés qui vont la recueillir et évaluer son authenticité. Une danse précèdera son retrait du sol. 

 

Le saviez-vous?

  • Le fait d’assister à un pow-wow permet de ressentir l’énergie d’un événement qui peut réunir jusqu’à 500 danseurs!
  • Le pow-wow a parfois un aspect compétitif fort spectaculaire. Il comporte toujours un caractère cérémoniel et spirituel. On y entend la puissance des chants traditionnels et du tambour sacré. 
  • Certains pow-wow ont une dimension internationale dont ceux de Wendake et de Kahnawake. Ce dernier rassemble, depuis 1991, les Haudeno-saunee du sud du Québec, de la péninsule du Niagara et de l’État de New York. Pour le public, c’est l’occasion d’assister à des compétitions de danse de haut calibre.

 

Les danses d’un pow-wow

 

Danse traditionnelle

La danse traditionnelle provient des sociétés guerrières. Les danseuses portent un plastron fait d’os placés à la verticale. Cela représente le lien entre la terre et les esprits dont les femmes sont les gardiennes. Les os du plastron que portent les hommes sont disposés à l’horizontale pour symboliser les liens entre eux.

 

Grass dance

On reconnaît la grass dance, une danse très rapide, grâce aux dizaines de petites lanières sur le regalia. Ces bandes longues et étroites sur l’habit traditionnel représentent l’herbe qu’on aplanit et qui bouge sous le mouvement du pied. Anciennement, lorsqu’on préparait un site cérémoniel ou que l’on construisait un village, il fallait préalablement piétiner l’herbe du terrain.

 

Fancy dance

Dans le cas de la fancy dance, le regalia des femmes se démarque par ses couleurs vives et ses paillettes; les danseuses portent un châle. Les hommes, eux, portent un regalia couvert de plumes au bas du dos, ainsi que sur les épaules et les bras.

 

Jingle dance ou danse de la guérison

Isabelle Aroussen Gros-Louis n’oubliera jamais le rêve dans lequel elle a vu son regalia. « C’était une jingle dress, raconte la danseuse. Quand tu reçois un message comme celui-là, c’est tellement fort! Dès le lendemain, je commençais ma robe! Elle mettait en valeur la couleur turquoise et les courbes wendates qui font partie de mon identité. » Réservée exclusivement aux femmes, la jingle dance ne mobilise que le haut du corps et s’effectue dans une grande maîtrise de soi. Les danseuses ornent leur regalia de 365 clochettes, une pour chaque jour de l’année. Les femmes dansent pour la guérison physique ou spirituelle d’une personne. Cette danse devient donc un engagement, un don de soi. Et danser devient un acte de partage très fort et un moment intense dans la cérémonie du pow-wow.