Consultez la liste de nos membres ouverts ou fermés

Au cœur du Nitassinan de Pessamit et d’une réserve mondiale de la biosphère de l’UNESCO, la Station Uapishka vous offre la nordicité dans ce qu’elle a de plus authentique et de plus spectaculaire, au pied des majestueux monts Uapishka (Groulx) et aux abords du réservoir Manicouagan, sur la Côte-Nord. Lisez le récit d'aventure de Mireille Boutin et de son acolyte photographe Alexis Pageau alors qu'ils découvrent l'immensité et la beauté de cet endroit méconnu.

Notre aventure commence un dimanche de juillet. Mon ami et moi prenons la route pour la Côte-Nord, plus particulièrement la Station Uapishka qui se trouve au bord du réservoir Manicouagan. Afin d’alléger un peu le trajet, nous nous arrêtons d’abord à Baie-Comeau, à mi-chemin entre Québec et notre destination, pour y passer la nuit. Après une bonne nuit de sommeil, nous reprenons la route vers la Station. La route sinueuse qui mène au réservoir Manicouagan est bordée de forêts à perte de vue ainsi que de nombreux lacs. Après un peu plus de 3 heures de route, on peut apercevoir l’impressionnant barrage Manic-5. Le barrage imposant autant par sa superficie que son architecture unique constitue le plus grand barrage à voûte et à contreforts au monde. Après nous être arrêtés pour diner au restaurant du coin, nous reprenons la route jusqu’à la Station Uapishka.

En arrivant sur les lieux, l’accueil chaleureux des employés et l’ambiance qui règne dans le bâtiment principal nous font rapidement oublier le temps gris. L’édifice vieux d’à peine un an compte de nombreuses chambres privées ainsi que trois salles de bain communes. Après nous être installés dans nos chambres avec vue sur le lac, nous nous rassemblons à la salle à manger pour déguster un généreux repas concocté par les cuisiniers de la Station Uapishka. Puis, il est temps de regagner nos chambres pour prendre du repos en vue des deux journées chargées qui suivront.

Notre première journée complète à la Station Uapishka commence par une ascension du mont Harfang. Durant notre montée, nous passons par des milieux changeant selon l’altitude : forêt boréale à la base et toundra au sommet. La randonnée de 8km nous mène à une vue époustouflante sur le réservoir Manicouagan. Après avoir mangé la boite à lunch préparée par les cuisiniers de la Station, nous nous redirigeons vers la base.

Nous débutons notre deuxième journée par une sortie en kayak dirigée par le guide innu de la Station. L’excursion nous amène sur les eaux calmes du réservoir Manicouagan et nous permettent d’observer les roches impactites crées par le puissant impact météorique. Après le kayak, une sortie de pêche en zodiac nous attend. Un deuxième guide innu nous accompagne vers une baie peu profonde où nous devrions avoir du succès avec la pêche au brochet. Après quelques minutes, ça mord! Toute excitée je ramène ma prise : un petit brochet. Dans l’heure suivante, les prises, bien que petites, sont très nombreuses. Nous sommes à peine revenus à la Station, qu’une autre activité nous attend déjà. Il s’agit d’une deuxième randonnée, cette fois-ci accompagnée d’un guide innu qui nous raconte l’histoire des lieux et nous fournit de l’information sur la faune et la flore tout au long du trajet. On observe entre autres le thé du labrador, plante à l’odeur caractéristique que l’on retrouve en abondance dans la région ainsi que le lichen. Le sentier du mont Provencher nous mène à une vue tout aussi captivante que celle de la veille. Pour terminer notre séjour à la Station Uapishka en beauté, nous sommes invités à prendre part à la préparation de la bannique, une recette de pain traditionnel autochtone, que la cuisinière innue prépare sur la plage et fait cuire sur un feu de bois au coucher du soleil.

Notre séjour sur la Côte-Nord aura été marqué par les paysages sauvages, les employés attachants et le calme ressourçant qui règne autour du réservoir Manicouagan.